Trait-d'Union Magazine

Une image, un portrait d’une autre société

Le cinéma est un médium artistique qui a gagné sa légitimité en tant qu’art pendant les années 40 et 50. Avec des théoriciens comme le français André Bazin, avec des articles comme Caméra-Stylo ou avec des artistes comme les réalisateurs de néo-réalisme italien pour le cinéma. Il est à rappeler qu’avant cette légitimation, le cinéma était considéré comme un moyen de divertissement. Chose qui explique pourquoi dans certaines bibliothèques, les livres sur le cinéma sont classés dans la même catégorie avec les livres sur les cirques.

Au cours de l’histoire et avec la production des plusieurs films comme Rome, ville ouverte, de Roberto Rossellini réalisé en 1945, « le cinéma est devenu un témoin de l’histoire et un fait socia l », dixit Jean-Pierre Esquenazi.

Dans les années qui suivent, plusieurs autres réalisateurs et réalisatrices ont parlé de leurs sociétés, de leurs pays et de leurs histoires dans leurs films. Prenons l’exemple de deux réalisateurs tunisiens Omar KHLIFI et Salma BACCAR. Omar KHLIFI est le premier tunisien qui raconte l’histoire de la Tunisie, d’un point de vue d’un historien tunisien, et ce, dans ses trois premiers films, à savoir : l’Aube, 1966, les Rebelles, 1968 et les Fellagas, 1970. Quant à Salma BACCAR, elle a été connue grâce à son documentaire FATMA 75, donnant ainsi, sa propre version de l’histoire du féminisme tunisien.

Ces films ont été une sorte de prise de parole pour dire que : « Oui, peut-être qu’une autre version de l’histoire existe ».  Parce que oui, on n’a pas une seule version de l’histoire mais bien des versions. Ces dernières années, l’histoire du cinéma a vu l’émergence de nombreux films qui montrent une autre version de la société, qui parlent d’une autre société que les sociétés bourgeoises dont le système capitaliste essaient de cacher. Le cinéma vient alors les mettre devant nous sur des écrans géants. Ces films peuvent parfois prendre une forme autobiographique, tel que le film franco-iranien Persepolis.

Découvrez le numéro tout entier sur la plateforme #calaméo

Pour ceux qui ne le connaissent pas, Persepolis, est un film d’animation réalisé en 2007 par Vincent PARONNAUD et Marjane SATRAPI. Ce film raconte la vie de sa réalisatrice et l’auteure de la bande dessinée qui porte le même nom, Marjane SATRAPI. A travers son film et son autobiographie, la réalisatrice a parlé de l’impact de la révolution iranienne sur une partie de la société. Des rêves dans lesquels, une certaine partie du peuple iranien a vécus pendant une période après la révolution et avant l’arrivée au pouvoir de l’Ayatollah Khomeini. SATRAPI n’a pas transmis sur l’écran l’histoire de tout un peuple, mais elle a transmis sa propre histoire, son propre vécu et les différentes courbes qu’elle a traversées dans sa vie après la révolution. Son film est un portrait-témoin de sa vie pendant son adolescence lors de la révolution.

Le fait d’être d’une famille marxiste pendant tous ces changements politiques ; changent beaucoup de données et mais aussi impacte le destin.

Peut-être que pour SATRAPI, tous ces changements étaient un peu trop pour une adolescente ce qui explique l’instabilité qu’elle a connu dans sa vie après.

Dans son film, elle raconte également comment sa famille a choisi de l’envoyer étudier en dehors de l’Iran, craignant pour elle et pour son avenir, avec tout ce qui se passait sur la scène politico-sociale en Iran de l’époque. À première vue, on peut dire que le film n’est qu’une représentation de la vie d’une fille iranienne. Mais en fait, c’est aussi une représentation d’une deuxième version des événements et leurs impacts qui peut contredire les histoires officielles des personnes qui ont pris le pouvoir.

Dans ce même contexte, on trouve aussi l’artiste palestino-syrienne, Samara SALLAM. Samara a vécu en tant que réfugiée tout au long de sa vie. Elle était une réfugiée palestinienne en Syrie, par la suite, une réfugiée palestino-syrienne en Algérie et actuellement elle vit et travaille au Danemark. Tous ces évènements ont marqué et influencé son travail artistique. En 2017, son deuxième court métrage, Seven Cities, One Labyrinth , est sorti.  Le film est la projection de trois images sur le même écran. Sur chaque image, on voit des plans filmés par l’artiste dans sa vie quotidienne. Les plans sont filmés entre sept villes, trois pays : La Syrie, L’Algérie et Le Danemark et donc trois continents : L’Asie, L’Afrique et L’Europe.

Le film est accompagné d’un bref texte écrit par l’artiste. Elle dit : « Quand je pense aux endroits qui vivent en moi, je compte sept villes de trois continents différents, ce n’est pas que je puisse minimiser trois continents dans des villes spécifiques, mais ce que je veux dire c’est les énormes différences entre la Syrie, l’Algérie et le Danemark, qui en même temps se ressemblent beaucoup ».  Ces trois continents sont a priori complètement différents, ou c’est ce que le système capitaliste a essayé de montrer. La jeune artiste est venue avec son film de 5 minutes pour dire que finalement, non, on est un peu pareil dans notre différence !

Elle a donc exposé les trois continents sur une seule image. Quand on regarde le film, on ne peut pas savoir facilement si on est en train de voir l’Afrique, l’Asie ou l’Europe. Les notions, comme ce qu’on appelle les pays sous-développés et les pays développés, ont été toujours présentes dans les différents discours des Blancs pour affirmer leurs supériorités par rapport aux autres pays. Comme l’a déjà dit Edward Said, dans son œuvre, L’Orientalisme, l’Orient créé par l’Occident : « L’Occident a toujours besoin de l’Orient pour proclamer sa posture de civilisation et de culture ». Contrairement à ces discours orientalistes, SALLAM a pris la parole pour annoncer qu’on est les mêmes d’une manière ou d’une autre, mais également, pour dire que la notion de l’Autre n’existe pas, parce que l’Autre est peut-être moi !

Chroniques

Chroniques

Amerigo Vespucci l’hôte d’El-Djazair

Détrompez-vous ce n’est ni le car-ferry Tarek Ibn- Ziad ni le Corsica qui ont attirés les foules en cette soirée du mardi 20 juillet, celui qui déclencha les mille et une rafales des caméra et smartphones n’est autre que le chef d’œuvre de la marine militaire italienne. Le navire école le voilier Amerigo Vespucci, une pièce rarissime sortie directement des annales de la gloire des expéditions maritimes.

Mathilde, personnage trans-classe dans le pays des autres de Leila Slimani

Si le transclasse désigne l’individu qui opère le passage d’une classe à une autre[1], la classe peut signifier dans un sens plus large un genre, une nationalité, un milieu ou une identité sociale. Le transclasse fait ainsi l’expérience d’un mouvement par lequel il passe d’un milieu de départ vers un milieu autre, sans qu’il ne […]

Le parler algérien et la littérature : L’oral, une littérature qui refuse de dire son nom.

Historiquement, les anthropo-linguistes et les philologues qui s’intéressent aux anciens langages humains pensent que c’est le Berbère qui couronnait l’espace langagier oral en Afrique du Nord pendant l’ère antique. Ces chercheurs ont du mal à localiser cette langue maternelle dans le temps. Toutefois, on suppose que le Berbère ait été accolé progressivement avec les langues anciennes parlées autour du bassin méditerranéen à travers les interpénétrations humaines du voisinage, des voyages, du commerce et des guerres.

Écrire hors des frontières de la pensée 

Onfwan Fouad et le Middle East and North Africa Surrealist Group Onfwan Fouad est une poétesse, traductrice, conteur et artiste visuelle, originaire de la région d’Aurès, dans l’est de l’Algérie. Elle a été avocate pendant sept ans et a enseigné à l’université pendant des années. Son premier recueil de poésie (Godot mange ses doigts) a […]

Mildred Mortimer sur les traces des « Djamilat »

Engagée dans la quête de la liberté, individuelle ou collective, avec les armes ou la plume, le combat pour la dignité a de tout temps resté constant chez la femme algérienne. A travers son livre « Femmes de lutte et d’écriture », Mildred Mortimer, professeure émérite de l’université du Colorado, tente d’entretenir cette flamme libératrice allumée par les « Djamilat »…

L’enfant de cœur

Elle s’était levée effarée, tremblante, inexistante, son cœur palpitait en son intérieur, son sang bouillonnait dans ses veines et ses yeux ne pouvaient se fixer sur un seul cadre. Elle aurait aimé crier, hurler, s’essouffler, mais rien ne sortait. Elle aurait aimé partir, voler, s’enfuir, elle était enchaînée. Enfermement transparent, enchaînement silencieux, tout l’attachait à […]

Algériennes, mes sœurs

Mon père disait : « C’est la femme qui tient la maison debout. » Quelle que soit la catastrophe, guerre, guérilla, séisme, incendie… Quel que soit le désastre. Il disait : « Une femme tient la maison debout jusqu’au Jour Dernier. » Elle, femme, mère, épouse. Je dirai : « Une femme met au monde, elle tient le monde debout. Elle est la […]

Femme, messagère universelle

Cette proposition est un melting-pot entre mots et photos pour exprimer les questionnements actuels de la femme d’aujourd’hui. D’un côté, je considère que l’identité est importante car elle nous permet de nous construire mais de l’autre, elle nous limite également dans nos libertés d’âmes infinies. Je crois que la vie est un chemin qui nous […]

Itinéraires : Mouna JEMAL SIALA

De l’enracinement local au rayonnement continental, l’itinéraire de Mouna Jemal Siala est un modèle du genre : née à Paris, son enfance a connu plusieurs régions et plusieurs cultures, dans le sillage de la profession de son père, haut fonctionnaire, gouverneur et diplomate.

Zahia Benzengli : Colombe de Grenade et Azur d’Algérie

Bectant les restes d’une hirondelle au printemps, le pèlerin s’envole et prend l’allure d’un cygne. Ses pieds palmés battent la tour et quittent les ruisseaux, amour d’un vers et chemins croisés. À l’exil, eusse-t-elle été condamnée à errer, Zahia voltige depuis l’Alhambra, neige sur les bois et adoucit les mœurs d’un brouillard agaçant. Elle persiste au pied d’un mur qu’elle chouette d’une aile, éparse condition d’une oiselle à concerts acheminant le mordoré à l’herbe d’une œuvre. Quant aux moineaux de Grenade, qui firent des plaisirs de l’ambroisie un nectar à ouïr, ceux-là, trouvent en elle des vertus que les ombres du destin ont bien posées ici. Voilà une curieuse façon d’entamer l’odyssée d’une femme d’Algérie qui ravit de sa voix les cieux embaumés, Zahia Benzengli.

ARCHI-PASSION

Plus qu’un métier, l’architecture est avant tout une passion, une passion qui donne accès à un éventail d’arts. C’est en découvrant l’architecture durant mon cursus universitaire que j’ai appris réellement à me connaitre dans la mesure où j’ai découvert l’étendue de ma passion pour les arts.


TU N°4 Littérature & Patrimoine

Numéros

Une image, un portrait d’une autre société

Le cinéma est un médium artistique qui a gagné sa légitimité en tant qu’art pendant les années 40 et 50. Avec des théoriciens comme le français André Bazin, avec des articles comme Caméra-Stylo ou avec des artistes comme les réalisateurs de néo-réalisme italien pour le cinéma. Il est à rappeler qu’avant cette légitimation, le cinéma était considéré comme un moyen de divertissement. Chose qui explique pourquoi dans certaines bibliothèques, les livres sur le cinéma sont classés dans la même catégorie avec les livres sur les cirques.

Sauvons nos fontaines: La Casbah d’Alger s’en va à vau-l’eau

« Il y a deux villes dans Alger : la ville française qui occupe les bas quartiers et se prolonge aujourd’hui sans interruption jusqu’au faubourg de l’Agha ; la ville arabe, qui n’a pas dépassé la limite des murailles turques, et se presse comme autrefois autour de la Casbah, où les zouaves ont remplacé les janissaires. »
Extrait d’Eugène Fromentin, « Une année dans le Sahel », (1858)

La littérature entre vecteur de patrimonialisation et objet patrimonial

Littérature et patrimoine, ces deux vocables, à priori, appartenant à deux sphères distinctes, sont fortement unis par un lien « consubstantiel » ; le conte, genre littéraire immémorial, s’appuie fondamentalement sur des mythes et des légendes faisant partie du patrimoine culturel. Par ailleurs, les créations littéraires, de toutes époques, transmettent en filigrane tout un héritage aux générations futures.

Le parler algérien et la littérature

Le parcours bruyant du parler aveugle : Historiquement, les anthropo-linguistes et les philologues qui s’intéressent aux anciens langages humains pensent que c’est le Berbère qui couronnait l’espace langagier oral en Afrique du Nord pendant l’ère antique. Ces chercheurs ont du mal à localiser cette langue dans le temps, mais le comptage chronologique effectif remonte à l’apparition […]

LA LITTÉRATURE, UN ART MAJEUR !

Je reste dans l’incapacité de délacer mes souvenirs d’un certain passage télévisé de Serge Gainsbourg, plus précisément dans l’émission animée par Bernard Pivot : Apostrophes.
Le chanteur poète comme à son habitude provoqua une vive altercation avec un autre invité. L’origine du désaccord provenait du fait que Gainsbourg s’était désigné comme étant un artiste mineur et non pas majeur tel que ceux qui œuvraient pour les autres arts et notamment : la littérature !


Suivez-nous sur les réseaux sociaux: