Trait-d'Union Magazine

S’engager par l’écriture : Le Sourire mouillé de pleurs de Hanen Marouani

Au cours de cette dernière décennie, plusieurs peuples du monde arabe ont subi les affres des révolutions et de la révolte des libertés et des égalités : désordres extrêmes, chute économique, extrémisme religieux, guerre et hostilité … beaucoup de jeunes, des adultes, des femmes et mêmes des enfants comme « Aylan Kurdi » ont fini par mourir dans la mer ou disparaitre dans les refuges et les frisons faute de pouvoir vivre en paix dans leur pays natal ou le pays des autres. Ce dilemme vécu est senti et transmis par les poètes qui s’engagent à lutter contre toute forme d’injustice et d’inégalité et qui n’épargnent pas les leçons d’humanité.

Hanen Marouani est l’une de ces voix audacieuses qui défendent la dignité de l’Homme. Docteure en langue et littérature française et francophone, poétesse et traductrice, elle a à son actif quatre recueils parus entre la France et la Tunisie : Les profondeurs de l’invisible « Edilivre Paris 2019 », Le soleil de nuit « Alyssa éditions et diffusion, Tunis 2020 », Le sourire mouillé de pleurs, « édition l’Harmattan Paris 2020 » et Tout ira bien, « édition Le Lys bleu Paris 2021 ».

Hanen Marouani abolit les frontières et fait appel à la fraternité humaine. Elle évoque le malheur des minorités marginalisées, la révolte des opprimés, le mariage des mineurs, le racisme, la ségrégation et la corruption … Son militantisme touche le cœur de sa poésie qui est animée par les tensions et la multitude de procédés pour dénoncer les régimes totalitaires, l’insouciance des gouverneurs et la malédiction qui guette les voyageurs clandestins. C’est dans cette optique qu’elle nous révèle dans son recueil Le sourire mouillé de pleurs, la traversée de la méditerranée comme gouffre et blessure. Ce sourire est un voyage énigmatique aux aléas de destin qui se réduit à la quête désespérée de l’espoir. Il illustre de façon imagée le voyage risqué et mortifié qui est supposé faire sortir les jeunes du tunnel dessinant ainsi un sourire pâle et éphémère. La sensibilité pesante de Hanen Marouani s’exprime par son investissement de soi pour dire et décrire l’affectif et le quotidien de ses semblables. Le spectacle de l’immigration clandestine se présente tel qu’il est dans sa douleur et sa misère, un itinéraire fantomatique et halluciné.

Ses deux poèmes extraits de ce recueil : « Sans-Voix » et « L’orphelin de la mer « ont été traduits du français vers l’espagnol dans le cadre de sa participation au festival international de la Poésie de la Havane. Du même recueil, son poème » Une trajectoire glacée » a eu le troisième prix du festival international de la Poésie Louis Brauquier 2021 autour du thème du voyage et son texte inédit « Au plaisir de me choisir » est classé parmi les dix premiers au concours du Printemps des Poètes de cette année en cours sur le thème du Désir. Le recueil s’inscrit dans un contexte troublé et renvoie le lecteur à une perception particulière de l’actualité et de préoccupations de toute une génération renvoyée. L’aspect socio-moral de la poésie de Marouani interpose consolidation et dénonciation. Cette ambivalence miroite l’inconstance du social, de l’économique et du psychique et déploie dans tout le recueil une esthétique du mal et de tristesse, d’où la subjectivité qui combine angoisse et chagrin mélancolique. En effet, les contrastes et les contraintes des nations ancrent chez la poétesse un profond dégoût. Elle prône alors la révolte et la rébellion face aux valeurs établies et sclérosées.  

La poétesse a tacitement partagé les soucis des êtres perdus et dûment mis à l’écart d’une société et d’un système pourris. Elle a traduit les maux de ce phénomène par ses mots touchants, bouleversants et provocants qui servent de toile aux réflexions individuelles et collectives sur l’existence, la souffrance et souvent l’insignifiance des individus dans leur patrie.

Ce recueil est dès lors la voix de ceux qui ont fui la misère à la recherche de la vie, de l’autre et de soi-même, de ceux qui « essaient de s’oublier et d’oublier toute la vérité », de ceux qui rêvent de tout recommencer… de ceux qui se disent :

Que la guerre finisse ou continue,

Que mon pays revienne ou se dévore !

J’ai enfin subi les pires des sorts (p.3)

La recherche d’un épanouissement social et d’un monde utopique mène les jeunes à se jeter dans la méditerranée « la mer cimetière ». Ils s’attachent à leur passage pour rejoindre l’autre bout du monde, espéré meilleur et salvateur au moment où leur pays les a rejetés au profit de corruption et de l’appauvrissement. Et s’ils meurent, ils sont déjà convaincus que :

La mort n’a pas de sens quand on est chômeurs

Quand on est donneurs que preneurs

Elle n’a pas de sens quand on a, tout le temps, peur

D’avoir soif, d’avoir faim, de sentir la vie toujours amère  (p.9)

L’engagement socio-littéraire est bien prononcé dans ce recueil. Il s’exprime par l’indignation des jeunes contre le système aliénant. L’aspect existentiel côtoie la souffrance des immigrants. Hanen Marouani transmet ce qui pense ces figures marginales et exprime leurs visions obsessionnelles et traumatiques. Elle récite la déchirure dans l’espoir de reconstruire le sens de la vie. Le vécu sondé par les ruptures explique la présence des images crues des âmes et de l’espace fragmentés et fracturés. Sous la plume de la poétesse, la question évolue, se fait entendre tout au long du recueil sans discontinuer. Elle s’engage à travers un regard critique acéré d’un destin inéluctable, d’une hémorragie incurable et d’une conviction vénérable. Entre illusion et nouvelle colonisation, les immigrants accusent les gouvernements successifs, dès la Révolution jusqu’à maintenant, de négliger leur situation et d’accentuer la crise économique et sociale. Ces « gouverneurs » et leurs comportements vexatoires, assoiffés de pouvoir et jouant le rôle de nationaliste usurpatoire sont « le vrai criminel, en quête d’un nouveau départ, d’un nouveau scénario, d’une bonne affaire, coloré de crimes ! Equipé de victimes ». (p.15) Arrivées à leur destination, ces victimes de gouverneurs-tueurs perdent leur dignité tant espérée et recherchée et se perdent entre discrimination et difficulté d’intégration. Ils arrivent à un « chemin sans matin » et se trouvent soit emprisonnés dans les centres et privés de leur liberté, soit piégés par les mafias et les trafiquants qui les manipulent comme des pions. Ils s’acharnent à « sauver ce qui reste devant les nuages et les flots de hasard ». La poétesse nous raconte les détails de ce voyage mouillé de pleurs avec ses mots poétiques et ses visions révolutionnaires de ces âmes en cage, en pleine mer sur une embarcation où tout est noyé, vie et envie. Et une fois arrivés, ayant les pieds sur terre, tous les rêves sont enterrés.

La poésie de Hanen Marouani devient alors dans ce contexte, une recherche inlassable d’une autre patrie possible, loin de la terre natale qui a exclu ses enfants. Chaque poème est une métaphore d’une patrie où les métaphores de l’abri ont pris fin. La dualité des larmes et des sourires habite l’écriture de la poétesse. Ce sont deux sujets poétiques liés, primitivement, aux sentiments humains et la fonction de la poésie c’est de briser cette dualité et la transcender vers l’identification et vers la résurrection, ce que notre poétesse l’a fait à la manière de Gibran Khalil :

Que ma vie demeure plutôt et larme et sourire…

Larme, afin de m’unir à ceux dont le cœur est brisé ;

sourire, pour témoigner de ma joie d’exister.

C’est-à-dire mélanger larmes et sourires de ses immigrants en attendant avec impatience le paradis promis. Ainsi, malgré le caractère mélancolique de ce recueil de poèmes, en ravivant la souffrance des immigrants, l’âme de la poétesse reste attachée à un espoir enfantin de combler l’abîme qui sépare l’homme de son rêve et Tout ira bien un jour…

Par Latrech Amal

Amal Latrech

Amal Latrech est doctorante en littérature française qui consacre ses recherches à l’écriture de femmes et au discours paratextuel. Elle s’intéresse, également, à l’égalité femme-homme et au militantisme politique et social. Elle est diplômée en pédagogie du Fle de l’université de Rouen et enseigne le français langue étrangère à l’institut français de Tunisie.

Auteur

Chroniques

Chroniques

Amerigo Vespucci l’hôte d’El-Djazair

Détrompez-vous ce n’est ni le car-ferry Tarek Ibn- Ziad ni le Corsica qui ont attirés les foules en cette soirée du mardi 20 juillet, celui qui déclencha les mille et une rafales des caméra et smartphones n’est autre que le chef d’œuvre de la marine militaire italienne. Le navire école le voilier Amerigo Vespucci, une pièce rarissime sortie directement des annales de la gloire des expéditions maritimes.

Mathilde, personnage trans-classe dans le pays des autres de Leila Slimani

Si le transclasse désigne l’individu qui opère le passage d’une classe à une autre[1], la classe peut signifier dans un sens plus large un genre, une nationalité, un milieu ou une identité sociale. Le transclasse fait ainsi l’expérience d’un mouvement par lequel il passe d’un milieu de départ vers un milieu autre, sans qu’il ne […]

Le parler algérien et la littérature : L’oral, une littérature qui refuse de dire son nom.

Historiquement, les anthropo-linguistes et les philologues qui s’intéressent aux anciens langages humains pensent que c’est le Berbère qui couronnait l’espace langagier oral en Afrique du Nord pendant l’ère antique. Ces chercheurs ont du mal à localiser cette langue maternelle dans le temps. Toutefois, on suppose que le Berbère ait été accolé progressivement avec les langues anciennes parlées autour du bassin méditerranéen à travers les interpénétrations humaines du voisinage, des voyages, du commerce et des guerres.

Écrire hors des frontières de la pensée 

Onfwan Fouad et le Middle East and North Africa Surrealist Group Onfwan Fouad est une poétesse, traductrice, conteur et artiste visuelle, originaire de la région d’Aurès, dans l’est de l’Algérie. Elle a été avocate pendant sept ans et a enseigné à l’université pendant des années. Son premier recueil de poésie (Godot mange ses doigts) a […]

Mildred Mortimer sur les traces des « Djamilat »

Engagée dans la quête de la liberté, individuelle ou collective, avec les armes ou la plume, le combat pour la dignité a de tout temps resté constant chez la femme algérienne. A travers son livre « Femmes de lutte et d’écriture », Mildred Mortimer, professeure émérite de l’université du Colorado, tente d’entretenir cette flamme libératrice allumée par les « Djamilat »…

L’enfant de cœur

Elle s’était levée effarée, tremblante, inexistante, son cœur palpitait en son intérieur, son sang bouillonnait dans ses veines et ses yeux ne pouvaient se fixer sur un seul cadre. Elle aurait aimé crier, hurler, s’essouffler, mais rien ne sortait. Elle aurait aimé partir, voler, s’enfuir, elle était enchaînée. Enfermement transparent, enchaînement silencieux, tout l’attachait à […]

Algériennes, mes sœurs

Mon père disait : « C’est la femme qui tient la maison debout. » Quelle que soit la catastrophe, guerre, guérilla, séisme, incendie… Quel que soit le désastre. Il disait : « Une femme tient la maison debout jusqu’au Jour Dernier. » Elle, femme, mère, épouse. Je dirai : « Une femme met au monde, elle tient le monde debout. Elle est la […]

Femme, messagère universelle

Cette proposition est un melting-pot entre mots et photos pour exprimer les questionnements actuels de la femme d’aujourd’hui. D’un côté, je considère que l’identité est importante car elle nous permet de nous construire mais de l’autre, elle nous limite également dans nos libertés d’âmes infinies. Je crois que la vie est un chemin qui nous […]

Itinéraires : Mouna JEMAL SIALA

De l’enracinement local au rayonnement continental, l’itinéraire de Mouna Jemal Siala est un modèle du genre : née à Paris, son enfance a connu plusieurs régions et plusieurs cultures, dans le sillage de la profession de son père, haut fonctionnaire, gouverneur et diplomate.

Zahia Benzengli : Colombe de Grenade et Azur d’Algérie

Bectant les restes d’une hirondelle au printemps, le pèlerin s’envole et prend l’allure d’un cygne. Ses pieds palmés battent la tour et quittent les ruisseaux, amour d’un vers et chemins croisés. À l’exil, eusse-t-elle été condamnée à errer, Zahia voltige depuis l’Alhambra, neige sur les bois et adoucit les mœurs d’un brouillard agaçant. Elle persiste au pied d’un mur qu’elle chouette d’une aile, éparse condition d’une oiselle à concerts acheminant le mordoré à l’herbe d’une œuvre. Quant aux moineaux de Grenade, qui firent des plaisirs de l’ambroisie un nectar à ouïr, ceux-là, trouvent en elle des vertus que les ombres du destin ont bien posées ici. Voilà une curieuse façon d’entamer l’odyssée d’une femme d’Algérie qui ravit de sa voix les cieux embaumés, Zahia Benzengli.

ARCHI-PASSION

Plus qu’un métier, l’architecture est avant tout une passion, une passion qui donne accès à un éventail d’arts. C’est en découvrant l’architecture durant mon cursus universitaire que j’ai appris réellement à me connaitre dans la mesure où j’ai découvert l’étendue de ma passion pour les arts.


TU N°3 Elles écrivent

Numéros

Vénus Khoury-Ghata, une Voix féministe lumineuse

Vénus Khoury-Ghata, poétesse, romancière, critique littéraire et traductrice d’origine libanaise, est l’une des plus grandes voix de la littérature francophone contemporaine. Auteure d’une vingtaine de romans et d’autant de recueils de poésie, elle a bâti au fil des ans une œuvre riche, couronnée de nombreux prix littéraires dont le grand prix de poésie de l’Académie française en 2009 et le prix Goncourt de la poésie en 2011. Elle a créé́ le prix de poésie féminine « Vénus Khoury-Ghata » pour honorer les poétesses contemporaines. Vénus Khoury-Ghata s’est affirmée comme une écrivaine porteuse d’une mission lumineuse, celle de faire parler les femmes à travers des histoires et des récits, où elles y sont les personnages principaux. Formidable conteuse, Vénus K. Ghata, brosse les portraits de femmes aux destins tragiques, déchirées entre le respect de la tradition et le droit à la liberté. Souvent, issues d’un milieu oriental et conservateur, ces femmes subissent le poids des règles imposées par des sociétés patriarcales et en espèrent se détacher grâce à un seul salut qui les font rêver à la liberté : l’Amour. En effet, l’amour continue à être conçu comme une échappatoire aux lois qui interdisent ce sentiment et aux désirs.

Interview avec Rochelle Potkar

Rochelle Potkar est poète et nouvelliste. Elle est l’auteure de Four Degrees of Separation et Paper Asylum – sélectionné pour le Prix littéraire Rabindranath Tagore 2020. Son film poétique Skirt a été très remarqué. Son recueil de nouvelles Bombay Hangovers vient de paraître. La nouvelle « Honneur » est extraite de ce livre.
Rochelle a été en résidence d’écriture aux États-Unis en 2015 dans le cadre de l’International Writing Program en Iowa. Elle obtenu en 2017 la bourse d’écrivain Charles Wallace de l’Université de Stirling en Grande-Bretagne. Elle a fait des lectures de ses poèmes en Inde, à Bali, aux États-Unis, à Macao, en Grande-Bretagne, à Hong-Kong, en Hongrie, au Bangladesh et en Côte d’Ivoire.
https://rochellepotkar.com

« Jupe » Poème de Rochelle Potkar

I Je regarde une vidéo de femmes qui font du vélo en robe courte et parlent de comment ne pas s’exhiber. Elles ouvrent leurs jambes, tirent l’arrière de leur jupe et d’une pièce de monnaie et un élastique la fixent à l’avant de leur jupe ; elle devient un pantalon. Je pense à leurs jambes au […]

Imèn Moussa de chrysalide en papillon

Paris, avril 2021. Le confinement est toujours là et j’ai pris mon avion pour quitter la Tunisie. Sur les quais de la Loire, je donne rendez-vous à deux amies qui me sont chères. Dorra Mahjoubi et Imèn Moussa. Dorra Mahjoubi fut une rencontre virtuelle -elle exposait à la galerie Lalalande – et depuis lors, s’est […]

S’engager par l’écriture : Le Sourire mouillé de pleurs de Hanen Marouani

Au cours de cette dernière décennie, plusieurs peuples du monde arabe ont subi les affres des révolutions et de la révolte des libertés et des égalités : désordres extrêmes, chute économique, extrémisme religieux, guerre et hostilité … beaucoup de jeunes, des adultes, des femmes et mêmes des enfants comme « Aylan Kurdi » ont fini par mourir dans la mer ou disparaitre dans les refuges et les frisons faute de pouvoir vivre en paix dans leur pays natal ou le pays des autres. Ce dilemme vécu est senti et transmis par les poètes qui s’engagent à lutter contre toute forme d’injustice et d’inégalité et qui n’épargnent pas les leçons d’humanité.


Suivez-nous sur les réseaux sociaux: