Trait-d'Union Magazine

L’enfant de cœur

Elle s’était levée effarée, tremblante, inexistante, son cœur palpitait en son intérieur, son sang bouillonnait dans ses veines et ses yeux ne pouvaient se fixer sur un seul cadre. Elle aurait aimé crier, hurler, s’essouffler, mais rien ne sortait. Elle aurait aimé partir, voler, s’enfuir, elle était enchaînée. Enfermement transparent, enchaînement silencieux, tout l’attachait à ce lieu, tout la détachait de son être.

Après une telle confrontation, après une telle démonstration de violence, elle avait compris que les chaînes qui la reliaient au monde étaient invisibles, que la douleur qui l’infiltrait au fond d’elle-même était bien visible, mais tous feignaient de ne rien voir ni savoir. Elle était une et les unes ne pouvaient ni rêver ni s’évader, elle devait obéir sans rien reprouver. Elle n’était plus une, elle n’était rien.

Aussi loin qu’elle s’en souvienne, aussi loin qu’elle puisse remonter, une sensation de chaleur l’imbibait. Celle du dégoulinement tout chaud de ses larmes sur ses joues. Elle n’était plus que le viol d’un genre, l’accablement d’une liberté éphémère.

Assise à l’écart, face au mur dans l’humide noirceur de cet igloo, elle pleurait son appartenance au monde. Ses respirations se faisaient de plus en plus haletantes. L’air ne passait plus ; elle suffoquait, elle se desséchait, elle allait éclater. Éclatée, elle l’était déjà en son for intérieur, bien en chair. Éclater ! Son cœur était gros.

Recroquevillée sur elle-même, elle espérait disparaitre dans la noirceur de cette soucoupe. Elle espérait être absorbée par l’immensité de l’univers. Mais tant l’oiseau vole dans le ciel, il ne peut atteindre les étoiles. Il ne peut arriver à la lune pour lui raconter la souffrance d’une Elle, dont l’enracinement laminait les entrailles. 

Endormie sur les dunes, mouillée par ses larmes blanchâtres, recroquevillée sur son âme, abandonnant sa personne, elle constatait que comme les graines de sable qui dansent au gré du vent dans un Sahara caniculaire, elle devait s’accrocher à l’iceberg qui enfuit tellement de malheur, ne laissant paraître que la face lisse de ses dunes dorées et chaleureuses.  

Elle avait goûté au malheur de l’existence, elle avait cherché le bonheur de la liberté, elle n’avait récolté que la grandeur de la souffrance, soldée d’un va et vient intarissable. Tant physique que morale, cette souffrance l’ancrait dans un flot de questionnements et d’incompréhensions. Néanmoins, elle avait compris que ce tourment l’entraînerait six pieds sous terre.

À l’idée de ne plus être, elle avait éprouvé d’abord une folle envie, un engouement inexplicable. Partir, une entreprise bien alléchante ! Lors de sa traversée du Styx, elle aurait rencontré d’autres Elles échappées des mains foudroyantes, transperçantes, déchirantes du Lui. Elle aurait rencontré le cèdre dont les racines déchiquettent et laminent son âme.

Oh, douce, enivrante mélodie qui la ramènerait vers les rives du Nil où dansent les crocodiles tous fiers de leurs écailles ! Ils l’auraient sifflée, arrêtée, pénalisée. Elle aurait écopé de prison pour voyeurisme, pour falsification, pour attouchement, mais aussi pour liberté.

 Dès lors, face à une non-existence non-envisageable, il ne lui restait que la guerre. Une guerre froide, brutale, immuablement muette, controversalement assourdissante, mais c’était sa guerre, à Elle, à elles, à Toutes !

Auteur

avatar

Yaakoubi Nouha est enseignante du FLE au secondaire qualifiant, au Maroc. Elle prépare actuellement une thèse de doctorat à l’université Mohamed Premier d’Oujda sur l’adaptation cinématographique des romans du XXème siècle. Elle milite auprès de ses étudiantes et étudiants pour valoriser la place des jeunes adolescentes dans le milieu scolaire.

Articles du même auteur

Chroniques

Chroniques

Amerigo Vespucci l’hôte d’El-Djazair

Détrompez-vous ce n’est ni le car-ferry Tarek Ibn- Ziad ni le Corsica qui ont attirés les foules en cette soirée du mardi 20 juillet, celui qui déclencha les mille et une rafales des caméra et smartphones n’est autre que le chef d’œuvre de la marine militaire italienne. Le navire école le voilier Amerigo Vespucci, une pièce rarissime sortie directement des annales de la gloire des expéditions maritimes.

Mathilde, personnage trans-classe dans le pays des autres de Leila Slimani

Si le transclasse désigne l’individu qui opère le passage d’une classe à une autre[1], la classe peut signifier dans un sens plus large un genre, une nationalité, un milieu ou une identité sociale. Le transclasse fait ainsi l’expérience d’un mouvement par lequel il passe d’un milieu de départ vers un milieu autre, sans qu’il ne […]

Le parler algérien et la littérature : L’oral, une littérature qui refuse de dire son nom.

Historiquement, les anthropo-linguistes et les philologues qui s’intéressent aux anciens langages humains pensent que c’est le Berbère qui couronnait l’espace langagier oral en Afrique du Nord pendant l’ère antique. Ces chercheurs ont du mal à localiser cette langue maternelle dans le temps. Toutefois, on suppose que le Berbère ait été accolé progressivement avec les langues anciennes parlées autour du bassin méditerranéen à travers les interpénétrations humaines du voisinage, des voyages, du commerce et des guerres.

Écrire hors des frontières de la pensée 

Onfwan Fouad et le Middle East and North Africa Surrealist Group Onfwan Fouad est une poétesse, traductrice, conteur et artiste visuelle, originaire de la région d’Aurès, dans l’est de l’Algérie. Elle a été avocate pendant sept ans et a enseigné à l’université pendant des années. Son premier recueil de poésie (Godot mange ses doigts) a […]

Mildred Mortimer sur les traces des « Djamilat »

Engagée dans la quête de la liberté, individuelle ou collective, avec les armes ou la plume, le combat pour la dignité a de tout temps resté constant chez la femme algérienne. A travers son livre « Femmes de lutte et d’écriture », Mildred Mortimer, professeure émérite de l’université du Colorado, tente d’entretenir cette flamme libératrice allumée par les « Djamilat »…

Algériennes, mes sœurs

Mon père disait : « C’est la femme qui tient la maison debout. » Quelle que soit la catastrophe, guerre, guérilla, séisme, incendie… Quel que soit le désastre. Il disait : « Une femme tient la maison debout jusqu’au Jour Dernier. » Elle, femme, mère, épouse. Je dirai : « Une femme met au monde, elle tient le monde debout. Elle est la […]

Femme, messagère universelle

Cette proposition est un melting-pot entre mots et photos pour exprimer les questionnements actuels de la femme d’aujourd’hui. D’un côté, je considère que l’identité est importante car elle nous permet de nous construire mais de l’autre, elle nous limite également dans nos libertés d’âmes infinies. Je crois que la vie est un chemin qui nous […]

Itinéraires : Mouna JEMAL SIALA

De l’enracinement local au rayonnement continental, l’itinéraire de Mouna Jemal Siala est un modèle du genre : née à Paris, son enfance a connu plusieurs régions et plusieurs cultures, dans le sillage de la profession de son père, haut fonctionnaire, gouverneur et diplomate.

Zahia Benzengli : Colombe de Grenade et Azur d’Algérie

Bectant les restes d’une hirondelle au printemps, le pèlerin s’envole et prend l’allure d’un cygne. Ses pieds palmés battent la tour et quittent les ruisseaux, amour d’un vers et chemins croisés. À l’exil, eusse-t-elle été condamnée à errer, Zahia voltige depuis l’Alhambra, neige sur les bois et adoucit les mœurs d’un brouillard agaçant. Elle persiste au pied d’un mur qu’elle chouette d’une aile, éparse condition d’une oiselle à concerts acheminant le mordoré à l’herbe d’une œuvre. Quant aux moineaux de Grenade, qui firent des plaisirs de l’ambroisie un nectar à ouïr, ceux-là, trouvent en elle des vertus que les ombres du destin ont bien posées ici. Voilà une curieuse façon d’entamer l’odyssée d’une femme d’Algérie qui ravit de sa voix les cieux embaumés, Zahia Benzengli.

ARCHI-PASSION

Plus qu’un métier, l’architecture est avant tout une passion, une passion qui donne accès à un éventail d’arts. C’est en découvrant l’architecture durant mon cursus universitaire que j’ai appris réellement à me connaitre dans la mesure où j’ai découvert l’étendue de ma passion pour les arts.

Femmes, je vous aime 

Spoliée de ses droits, la femme n’a d’autre alternative que de rester à la maison et se prépare dès l’enfance à se suffire du rang d’une épouse modèle et de se tenir sage derrière le tablier d’un délicieux cordon bleu. D’ailleurs, Il est écrit (sic) que sa place ne peut être qu’au cœur d’un foyer, doux foyer où elle se doit d’honorer son rôle de mère au foyer. L’unique rôle d’ailleurs et qui lui fait obligation d’être aux petits soins avec son mari et de le chérir… à sens unique. L’esprit « colonisé » de recommandations promulguées par de pseudos conseilleurs d’obédience médiévale mais qui ne sont pas les payeurs, la femme subit à son cœur et à son corps défendant, tant de frustrations. Et avec ça, c’est au tour de la jeune femme et mère usée de famille qui n’aura d’autre objectif que d’apprendre à sa progéniture féminine à se moulée dans le modèle de la soumission à son mari et à ses beaux-parents. Ce n’est qu’à cette condition que l’ordre régnera dans la famille.


Ana Hiya II

Numéros Spéciaux

L’enfant de cœur

Elle s’était levée effarée, tremblante, inexistante, son cœur palpitait en son intérieur, son sang bouillonnait dans ses veines et ses yeux ne pouvaient se fixer sur un seul cadre. Elle aurait aimé crier, hurler, s’essouffler, mais rien ne sortait. Elle aurait aimé partir, voler, s’enfuir, elle était enchaînée. Enfermement transparent, enchaînement silencieux, tout l’attachait à […]

Algériennes, mes sœurs

Mon père disait : « C’est la femme qui tient la maison debout. » Quelle que soit la catastrophe, guerre, guérilla, séisme, incendie… Quel que soit le désastre. Il disait : « Une femme tient la maison debout jusqu’au Jour Dernier. » Elle, femme, mère, épouse. Je dirai : « Une femme met au monde, elle tient le monde debout. Elle est la […]

Femme, messagère universelle

Cette proposition est un melting-pot entre mots et photos pour exprimer les questionnements actuels de la femme d’aujourd’hui. D’un côté, je considère que l’identité est importante car elle nous permet de nous construire mais de l’autre, elle nous limite également dans nos libertés d’âmes infinies. Je crois que la vie est un chemin qui nous […]

Cette mer est la mienne

La mer était toujours la solution !
Dans un paradoxe, de ce qu’est la mer pour nous, les peuples au-delà des mers, elle était toujours la solution !
Nous appartenons à ces mers et elles nous appartiennent … Quand tu t’enfuis vers elle, tu veux la vie, elle t’offre la vie.
Quand tu t’enfuis vers la mer pour une mort désirée, elle te guide vers la mort.


Suivez-nous sur les réseaux sociaux: