Trait-d'Union

Le Skhab : Quand les idéologies nous séparent, un bijou nous montre le repère.

L’Algerie, trésor artisanal: Carrefour des civilisations où se croisent art et culture, l’Algerie est réputée par les merveilles produites par son artisanat. Un artisanat qui nous fait rappeler l’histoire de notre terre marquée par sa diversité et sa richesse linguistiques et culturelles. Les techniques et les décorations artisanales varient d’une région à une autre. Les matières premières dans la fabrication des bijoux diffèrent aussi : argent et corail en Kabylie, argent et pierres précieuses aux Aurès, or pur dans les hauts plateaux, l’Oranie, la vallée des M'zab , et enfin, argent et ébène au sud. Malgré cette variation, les grandes régions d’Algérie possèdent des bijoux en commun tels que : Khelkhal, Mqayes et le Skhab.

  • Qu’est-ce qu’un Skhab ?

Es-skheb est un sautoir confectionné par les femmes. C’est un bijou très apprécié chez les Algériennes. Il se présente sous forme d’un long collier multi rangs de perles d’ambre de forme triangulaire. Pour façonner ces perles, les femmes préparent une pâte aromatisée à base de clous de girofle, d’ambre gris et d’eau de rose, à laquelle on ajoute d’autres constituants selon la recette adoptée par chaque communauté féminine. Après l’obtention de cette pâte parfumée, on en forme des petites boules. Ensuite, on les serre entre les pouces et les index des deux mains pour leur donner la forme d’une petite pyramide. Enfin, ces perles vont être laissées sécher à l’air libre pendant plus que quarante jours.               

Certaines femmes préfèrent imbiber directement les clous de girofle dans de l’eau de rose mélangée avec de l’ambre gris. Une fois bien hydratés, elles les enfilent à l’aide d’une aiguille dans des longs fils qui vont être alignés et décoré pour former un sautoir.

Le collier est orné par des motifs en or tels que « Meskiya », « Dj3ibet » et surtout « Khamsa ». Les perles du Skhab peuvent être également décorées par des fragments de corail. 

  • Dans quelles régions se porte-il ?

Le Skhab peut accompagner plusieurs tenues traditionnelles algériennes. À l’est, à Constantine plus précédemment, il embellit la Guendoura Fergani. Ce traditionnel féminin qui remonte au XXe siècle constitue une longue robe en velours garnie de broderie en fils d’or très fine en arabesques (Medjboud). Parmi les bijoux incontournables dans le port de cette tenue, le Skhab prend le dessus. Il sert également de parfum car les femmes ne pouvaient pas en mettre pour ne pas décolorer les fils dorés.

Aux Aurès, le collier parfumé est confectionné par les femmes à la veille du mariage pour que la future mariée l’emporte dans son trousseau. Ainsi elle le porte avec plusieurs tenues telles que la Melhfa, une tenue d’une importance majeure chez les Berbères de l’est de l’Algérie, les Chaouis. L’ancienne tenue est en couleur noire décorée par des rubans multicolores sur les bords.

En Kabylie, Les femmes portent « Taqendurt » une robe en satin décorée par des zigzags de couleurs vives et d’autres broderies multicolores dont la technique diffère d’un village à un autre. Outre les bijoux multicolores en argent et corail dont les couleurs renvoient au désert, montagnes verdoyantes, mer et au sang des martyrs ayant défendu leur territoire, les femmes Kabyles mettent également un long collier en clous de girofle appelé « Kronfol » pour se faire belles.

Dans la tribu d’Ouled Nayel, Les femmes Naili portent une tenue blanche en dentelle. Ses manches transparents laissent entrevoir les bras de celle qui la porte. La Naili cache sa tête avec un voile qui retombe sur les épaules, tout en le fixant avec un bijou sur le front « El Djbine ». Elle porte généralement deux Skhab croisée. Ce signe protège l’être du mauvais œil selon les croyances des habitants de cette région.

À Ghardaïa, chez les mozabites, Berbères musulmans de rite ibadite, les femmes portent une Melhfa semblable à celle des Chaouis mais elle se distingue par la couleur Bordeaux du tissu. Ce dernier est décoré par des bandes de soies d’or. Certes, la tenue ne se porte qu’avec de l’or, mais le collier de girofle, le Skhab, est significatif pour la femme mozabite.

La « Chedda de Tlemcen » est portée dans l’Ouest du pays. Elle est considérée comme la tenue la plus chère et la plus belle que la mariée puisse porter le jour de son mariage. La tenue constitue un caftan en velours et aux fils d’or, enjolivée de « Djouher », de « Meskiya », « Crafache Boulehya » et d’autres bijoux précieux. La tête est coiffée par une chéchia sur laquelle est fixée le Mendil où sont posés sept à neuf Djbine et Khit Er-Rouh. Pour mettre la dernière touche, le long Skhab en perles de girofle et Dj3ibet en or se fixe par des broches sur les épaules de la tenue.

  • Un joyau, un référent identitaire

En Algérie, une vague montante de racisme et de régionalisme déferle sur les gens suite à chaque événement politique ou culturel. Au temps où les idéologies séparatrices recours à la diversité culturelle et linguistique pour semer le doute dans l’esprit du peuple afin de le disperser, un simple joyau peut être « l’étoile du Nord » montrant à plusieurs communautés leurs traits en commun et leur voie identitaire.

Auteur

Suivez-nous sur les réseaux sociaux: