Trait-d'Union Magazine

La Soif de Assia Djebar (1957) : L’air de flûte au milieu du bruit des canons

En 1957, Assia Djebar, jeune étudiante en Histoire à l’Ecole Normale Supérieure de Sèvres publie chez Julliard son premier roman : La soif. Les personnages sont irréels, presque fantasmés, et la narratrice, Nadia, à peine sortie de l’adolescence emporte le lecteur dans un univers hors du temps et le plonge dans les tourments d’une jeunesse désinvolte. Seulement, la guerre fait rage en Algérie. Et La soif, qui connait un franc succès en France ne trouve pas d’écho dans le pays natal. La critique est vive à l’encontre de la jeune femme, lui reprochant de passer sous silence la réalité algérienne et de mettre en scène une existence bourgeoise marquée par des préoccupations sans intérêt pour la cause nationale. Pourtant, si ces préoccupations ne sont pas au premier plan, elles influent d’une manière indéniable sur l’œuvre. C’est ce que nous allons tenter de démontrer.

La soif s’inscrit dans un mouvement littéraire qui prend son essor durant les années 50, le nouveau roman. Ainsi, A. Djebar, s’approprie cette nouvelle façon d’écrire revisite le roman algérien. Le roman se libère du réalisme et des contraintes et devient un champ d’expérimentations pour la langue et pour l’écrivain. La réalité de Nadia est superficielle, unidimensionnelle, onirique. Plus tard, A. Djebar, vivement touchée par la critique, déclarera que ce premier roman n’était qu’un essai stylistique, qu’un air de flûte.

Au-delà du procédé stylistique, la soif est également un roman d’apprentissage. En effet, au début du roman, Nadia incarne une jeunesse féminine libre et révoltée  contre le patriarcat, contre l’amour, contre le mariage. Elle entraine le lecteur dans des rapports ambigus avec les autres personnages qui semblent graviter autour d’elle, mais aussi dans son rapport à elle-même,  à son corps et à sa solitude. Elle semble tirer les ficelles d’une réalité qui finira par l’engloutir. Aux dernières pages du roman, elle incarnera une jeune femme pensive et hantée par les souvenirs d’une jeunesse désinvolte.

Il est également intéressant de resituer l’œuvre dans la vie de son auteure. En effet, A. Djebar est la première femme musulmane à intégrer l’ENS de Sèvres. Christiane Klapisch-Zuber, une amie de promotion d’A. Djebar, témoignera plus tard : « Tout de suite elle s’est fait remarquer par son indépendance à une époque où l’Algérie n’était pas indépendante (…) Elle était déjà engagée pour la lutte pour l’indépendance, elle a été très active pour nous rendre sensibles au contexte de la lutte (…) Elle nous a affranchies sur l’existence de différents mouvements luttant pour l’indépendance ». Plus tard, elle se fera exclure de l’école pour avoir suivi l’appel à la grève de l’UGEMA en 1956. L’écriture devient pour elle un besoin irrépressible. Et la parution de La soif fait d’elle la première femme écrivain d’Afrique du Nord.

Il faut également noter un passage de La Soif qui trahit les idéaux de la jeune écrivaine. Ali, jeune journaliste s’apprête à monter un journal : «  Le journal que je vais monter sera bilingue : français et arabe. Ce sera difficile, je ne me fais pas d’illusion. Mais si seulement au début je gagne à moi tous les jeunes, je pourrai tenir… les échecs ont peu d’importance. Le pire, c’est la léthargie, le sommeil ! On ne parle toujours que des colons, du colonialisme. Le mal, voyez-vous, c’est notre mentalité de colonisés, de colonisables. C’est cela qu’il faut secouer. »

La jeunesse incarne ainsi l’espoir, le besoin de s’affirmer, l’esprit de liberté et de révolte. La jeunesse que met en scène A. Djebar est à son image, non-colonisable. Plus qu’un air de flûte, ce premier roman affirme la virtuosité de la jeune auteure et marque ainsi la naissance d’une œuvre prolifère. 

Auteur

avatar

Etudiante en médecine à l'Université Mouloud Mammeri, Djouher Mezdad est également une passionnée d'arts et de littérature. Elle fait ses premiers pas dans l'écriture dès 2015 en contribuant pour le magazine satirique El-Manchar. Elle contribuera régulièrement pour le magazine Ineffable Art et Culture à la rubrique littéraire. A travers des articles sur l'actualité littéraire, des analyses littéraires et des interviews d'auteurs algériens, elle vise à promouvoir la littérature algérienne "parce que les jeunes ne lisent pas assez".

Chroniques

Chroniques

Amerigo Vespucci l’hôte d’El-Djazair

Détrompez-vous ce n’est ni le car-ferry Tarek Ibn- Ziad ni le Corsica qui ont attirés les foules en cette soirée du mardi 20 juillet, celui qui déclencha les mille et une rafales des caméra et smartphones n’est autre que le chef d’œuvre de la marine militaire italienne. Le navire école le voilier Amerigo Vespucci, une pièce rarissime sortie directement des annales de la gloire des expéditions maritimes.

Mathilde, personnage trans-classe dans le pays des autres de Leila Slimani

Si le transclasse désigne l’individu qui opère le passage d’une classe à une autre[1], la classe peut signifier dans un sens plus large un genre, une nationalité, un milieu ou une identité sociale. Le transclasse fait ainsi l’expérience d’un mouvement par lequel il passe d’un milieu de départ vers un milieu autre, sans qu’il ne […]

Le parler algérien et la littérature : L’oral, une littérature qui refuse de dire son nom.

Historiquement, les anthropo-linguistes et les philologues qui s’intéressent aux anciens langages humains pensent que c’est le Berbère qui couronnait l’espace langagier oral en Afrique du Nord pendant l’ère antique. Ces chercheurs ont du mal à localiser cette langue maternelle dans le temps. Toutefois, on suppose que le Berbère ait été accolé progressivement avec les langues anciennes parlées autour du bassin méditerranéen à travers les interpénétrations humaines du voisinage, des voyages, du commerce et des guerres.

Écrire hors des frontières de la pensée 

Onfwan Fouad et le Middle East and North Africa Surrealist Group Onfwan Fouad est une poétesse, traductrice, conteur et artiste visuelle, originaire de la région d’Aurès, dans l’est de l’Algérie. Elle a été avocate pendant sept ans et a enseigné à l’université pendant des années. Son premier recueil de poésie (Godot mange ses doigts) a […]

Mildred Mortimer sur les traces des « Djamilat »

Engagée dans la quête de la liberté, individuelle ou collective, avec les armes ou la plume, le combat pour la dignité a de tout temps resté constant chez la femme algérienne. A travers son livre « Femmes de lutte et d’écriture », Mildred Mortimer, professeure émérite de l’université du Colorado, tente d’entretenir cette flamme libératrice allumée par les « Djamilat »…

L’enfant de cœur

Elle s’était levée effarée, tremblante, inexistante, son cœur palpitait en son intérieur, son sang bouillonnait dans ses veines et ses yeux ne pouvaient se fixer sur un seul cadre. Elle aurait aimé crier, hurler, s’essouffler, mais rien ne sortait. Elle aurait aimé partir, voler, s’enfuir, elle était enchaînée. Enfermement transparent, enchaînement silencieux, tout l’attachait à […]

Algériennes, mes sœurs

Mon père disait : « C’est la femme qui tient la maison debout. » Quelle que soit la catastrophe, guerre, guérilla, séisme, incendie… Quel que soit le désastre. Il disait : « Une femme tient la maison debout jusqu’au Jour Dernier. » Elle, femme, mère, épouse. Je dirai : « Une femme met au monde, elle tient le monde debout. Elle est la […]

Femme, messagère universelle

Cette proposition est un melting-pot entre mots et photos pour exprimer les questionnements actuels de la femme d’aujourd’hui. D’un côté, je considère que l’identité est importante car elle nous permet de nous construire mais de l’autre, elle nous limite également dans nos libertés d’âmes infinies. Je crois que la vie est un chemin qui nous […]

Itinéraires : Mouna JEMAL SIALA

De l’enracinement local au rayonnement continental, l’itinéraire de Mouna Jemal Siala est un modèle du genre : née à Paris, son enfance a connu plusieurs régions et plusieurs cultures, dans le sillage de la profession de son père, haut fonctionnaire, gouverneur et diplomate.

Zahia Benzengli : Colombe de Grenade et Azur d’Algérie

Bectant les restes d’une hirondelle au printemps, le pèlerin s’envole et prend l’allure d’un cygne. Ses pieds palmés battent la tour et quittent les ruisseaux, amour d’un vers et chemins croisés. À l’exil, eusse-t-elle été condamnée à errer, Zahia voltige depuis l’Alhambra, neige sur les bois et adoucit les mœurs d’un brouillard agaçant. Elle persiste au pied d’un mur qu’elle chouette d’une aile, éparse condition d’une oiselle à concerts acheminant le mordoré à l’herbe d’une œuvre. Quant aux moineaux de Grenade, qui firent des plaisirs de l’ambroisie un nectar à ouïr, ceux-là, trouvent en elle des vertus que les ombres du destin ont bien posées ici. Voilà une curieuse façon d’entamer l’odyssée d’une femme d’Algérie qui ravit de sa voix les cieux embaumés, Zahia Benzengli.

ARCHI-PASSION

Plus qu’un métier, l’architecture est avant tout une passion, une passion qui donne accès à un éventail d’arts. C’est en découvrant l’architecture durant mon cursus universitaire que j’ai appris réellement à me connaitre dans la mesure où j’ai découvert l’étendue de ma passion pour les arts.


Ana Hiya II

Numéros Spéciaux

L’enfant de cœur

Elle s’était levée effarée, tremblante, inexistante, son cœur palpitait en son intérieur, son sang bouillonnait dans ses veines et ses yeux ne pouvaient se fixer sur un seul cadre. Elle aurait aimé crier, hurler, s’essouffler, mais rien ne sortait. Elle aurait aimé partir, voler, s’enfuir, elle était enchaînée. Enfermement transparent, enchaînement silencieux, tout l’attachait à […]

Algériennes, mes sœurs

Mon père disait : « C’est la femme qui tient la maison debout. » Quelle que soit la catastrophe, guerre, guérilla, séisme, incendie… Quel que soit le désastre. Il disait : « Une femme tient la maison debout jusqu’au Jour Dernier. » Elle, femme, mère, épouse. Je dirai : « Une femme met au monde, elle tient le monde debout. Elle est la […]

Femme, messagère universelle

Cette proposition est un melting-pot entre mots et photos pour exprimer les questionnements actuels de la femme d’aujourd’hui. D’un côté, je considère que l’identité est importante car elle nous permet de nous construire mais de l’autre, elle nous limite également dans nos libertés d’âmes infinies. Je crois que la vie est un chemin qui nous […]

Cette mer est la mienne

La mer était toujours la solution !
Dans un paradoxe, de ce qu’est la mer pour nous, les peuples au-delà des mers, elle était toujours la solution !
Nous appartenons à ces mers et elles nous appartiennent … Quand tu t’enfuis vers elle, tu veux la vie, elle t’offre la vie.
Quand tu t’enfuis vers la mer pour une mort désirée, elle te guide vers la mort.


Suivez-nous sur les réseaux sociaux: