Trait-d'Union Magazine

La littérature entre vecteur de patrimonialisation et objet patrimonial

Littérature et patrimoine, ces deux vocables, à priori, appartenant à deux sphères distinctes, sont fortement unis par un lien « consubstantiel » ; le conte, genre littéraire immémorial, s’appuie fondamentalement sur des mythes et des légendes faisant partie du patrimoine culturel. Par ailleurs, les créations littéraires, de toutes époques, transmettent en filigrane tout un héritage aux générations futures.

Ces ouvrages deviennent par le facteur-temps des objets de patrimoine voire des témoignages. Il s’agit alors d’un cercle infini, perpétuel et renouvelable, c’est l’éternelle continuité qui régit véritablement la relation unissant le « littéraire » et le « patrimonial ».

Le patrimoine immatériel, fait l’objet de nombreuses œuvres assimilées aux pierres fondatrices de la littérature ; les représentations de faits ou de personnages réels (légendes) ou imaginaires (mythes), déformées et/ou amplifiées par la tradition, sont au cœur de divers textes littéraires. Les contes populaires, précisément les contes de fées, tirent leurs origines de la mémoire orale. L’auteur italien Giambattista Basile est considéré comme le premier auteur à rassembler, dans son recueil Pentamerone, les premières versions des contes de fée les plus populaires, à savoir La belle au bois dormant, Le Petit Chaperon rouge et Le chat botté.

La toute première version de Cendrillon, par exemple, remonte au IXème siècle, en chine. Ce fameux conte, rapporté par la tradition, est retranscrit, à son tour, par Basile, dans son ouvrage déjà mentionné, pour arriver en Europe en 1634.

La même histoire fait donc l’objet de maintes versions de par le monde. Chaque pays voire chaque région possède sa propre version et sa propre recomposition qui reflète sa culture et confirme son identité. Le conte n’est qu’un héritage universel transculturel en continuelle mutation.

Le patrimoine peut être alors le fondement même du texte littéraire mais il peut également être transmis via ce dernier. L’auteur, en tissant minutieusement les fils de son histoire et en essayant de tramer méticuleusement les univers de ses personnages, transmet consciemment ou peut-être inconsciemment un tas de coutumes et de traditions par le biais de l’installation d’un décor quasi exhaustif englobant la temporalité, l’espace bref les circonstances de l’histoire relatée. Cette toile de fond subtilement mise en place n’est que le reflet d’un héritage culturel, musical, culinaire, Le lecteur qui se préoccupe de la lecture, de l’analyse ou de l’interprétation d’un ouvrage littéraire datant de l’Antiquité, du Moyen-âge ou d’un siècle bien précis, ne peut que s’imprégner du décor déjà installé et de l’atmosphère ainsi créée. Il se met dans la peau des personnages et commence à tâtonner peu à peu les traditions de l’époque en question, à palper les rituels et à saisir le savoir-vivre des personnages pour reconstruire finalement tout un héritage, légué par les aïeux à la postérité. Patrimoine et littérature sont inextricablement réunis.

Découvrez le numéro tout entier sur la plateforme #calaméo

La littérature, quant à elle, acquiert progressivement la valeur et l’estime d’un précieux objet patrimonial, suscitant l’admiration et l’enchantement du commun des mortels.

Les vieux manuscrits, les ratures, les notes, les parchemins, les feuilles déchirées, les textes inachevés et les écrits inédits s’ajoutent aux lettres, aux correspondances envoyées ou reçues, aux photographies et aux objets ayant appartenu aux écrivains pour reconstituer un souvenir, une mémoire.

La demeure d’un écrivain bien déterminé, avec tous ses détails : l’architecture, les meubles, les couleurs et les nuances ainsi que tout lieu fréquenté ou évoqué dans les ouvrages de cet auteur revivifient l’histoire soigneusement tissée tout au long de plusieurs chapitres et réaniment, au sens étymologique du terme, les personnages qui auraient vécu au sein de ces endroits. Tous ces objets et ces lieux, qui rendent tangible et concrète la littérature et permettent d’appréhender la genèse du texte littéraire, constituent un héritage littéraire.

Les musées littéraires à savoir la maison des Charmettes qui a énormément influencé et inspiré Jean Jacques Rousseau ou encore le château de Saché qui abrite, depuis 1951, un musée consacré à Honoré de Balzac, les bibliothèques, les centres de documentation et les maisons d’écrivains sont les conservateurs du patrimoine littéraire matériel. Ils développent ainsi une vision patrimoniale et archivistique de la littérature. Ils tentent de satisfaire l’ardente curiosité d’un lectorat assoiffé, violemment envahi par le désir de dépasser le monde fictif du texte littéraire pour saisir le monde sensible et charnel de l’écrivain.

Loin de ce qui est matériel, certaines œuvres de nos prédécesseurs comme L’Iliade et L’odyssée, deux épopées de la Grèce antique, attribuées à l’aède nommé Homère et mettant en œuvre la guerre de Troie, conflit légendaire situé in illo tempore, représentent deux sources d’inspiration majeures pour la postérité. Traduites tout d’abord en latin, elles inspirent le poète latin Virgile et continuent jusqu’à présent à influencer les créations littéraires et artistiques.

 Ces deux poèmes fondateurs de la littérature grecque sont reconnus comme deux grands chefs-d’œuvre de la littérature mondiale.

 Le petit prince de Saint-Exupéry ou Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll, deux ouvrages traduits dans des dizaines de langues, sont devenus, à leur tour, « un legs » mondial. Enfants ou adultes lisent et relisent ces histoires mais ils ne s’en lassent jamais. Ils jouissent d’un statut semblable à celui d’un objet patrimonial.

La littérature est alors intrinsèquement inhérente au patrimoine.

Ichraf Mansouri, ancienne étudiante à l’École Normale Supérieure de Tunis. Actuellement٫ professeure de l’enseignement secondaire à Kasserine

Chroniques

Chroniques

Amerigo Vespucci l’hôte d’El-Djazair

Détrompez-vous ce n’est ni le car-ferry Tarek Ibn- Ziad ni le Corsica qui ont attirés les foules en cette soirée du mardi 20 juillet, celui qui déclencha les mille et une rafales des caméra et smartphones n’est autre que le chef d’œuvre de la marine militaire italienne. Le navire école le voilier Amerigo Vespucci, une pièce rarissime sortie directement des annales de la gloire des expéditions maritimes.

Mathilde, personnage trans-classe dans le pays des autres de Leila Slimani

Si le transclasse désigne l’individu qui opère le passage d’une classe à une autre[1], la classe peut signifier dans un sens plus large un genre, une nationalité, un milieu ou une identité sociale. Le transclasse fait ainsi l’expérience d’un mouvement par lequel il passe d’un milieu de départ vers un milieu autre, sans qu’il ne […]

Le parler algérien et la littérature : L’oral, une littérature qui refuse de dire son nom.

Historiquement, les anthropo-linguistes et les philologues qui s’intéressent aux anciens langages humains pensent que c’est le Berbère qui couronnait l’espace langagier oral en Afrique du Nord pendant l’ère antique. Ces chercheurs ont du mal à localiser cette langue maternelle dans le temps. Toutefois, on suppose que le Berbère ait été accolé progressivement avec les langues anciennes parlées autour du bassin méditerranéen à travers les interpénétrations humaines du voisinage, des voyages, du commerce et des guerres.

Écrire hors des frontières de la pensée 

Onfwan Fouad et le Middle East and North Africa Surrealist Group Onfwan Fouad est une poétesse, traductrice, conteur et artiste visuelle, originaire de la région d’Aurès, dans l’est de l’Algérie. Elle a été avocate pendant sept ans et a enseigné à l’université pendant des années. Son premier recueil de poésie (Godot mange ses doigts) a […]

Mildred Mortimer sur les traces des « Djamilat »

Engagée dans la quête de la liberté, individuelle ou collective, avec les armes ou la plume, le combat pour la dignité a de tout temps resté constant chez la femme algérienne. A travers son livre « Femmes de lutte et d’écriture », Mildred Mortimer, professeure émérite de l’université du Colorado, tente d’entretenir cette flamme libératrice allumée par les « Djamilat »…

L’enfant de cœur

Elle s’était levée effarée, tremblante, inexistante, son cœur palpitait en son intérieur, son sang bouillonnait dans ses veines et ses yeux ne pouvaient se fixer sur un seul cadre. Elle aurait aimé crier, hurler, s’essouffler, mais rien ne sortait. Elle aurait aimé partir, voler, s’enfuir, elle était enchaînée. Enfermement transparent, enchaînement silencieux, tout l’attachait à […]

Algériennes, mes sœurs

Mon père disait : « C’est la femme qui tient la maison debout. » Quelle que soit la catastrophe, guerre, guérilla, séisme, incendie… Quel que soit le désastre. Il disait : « Une femme tient la maison debout jusqu’au Jour Dernier. » Elle, femme, mère, épouse. Je dirai : « Une femme met au monde, elle tient le monde debout. Elle est la […]

Femme, messagère universelle

Cette proposition est un melting-pot entre mots et photos pour exprimer les questionnements actuels de la femme d’aujourd’hui. D’un côté, je considère que l’identité est importante car elle nous permet de nous construire mais de l’autre, elle nous limite également dans nos libertés d’âmes infinies. Je crois que la vie est un chemin qui nous […]

Itinéraires : Mouna JEMAL SIALA

De l’enracinement local au rayonnement continental, l’itinéraire de Mouna Jemal Siala est un modèle du genre : née à Paris, son enfance a connu plusieurs régions et plusieurs cultures, dans le sillage de la profession de son père, haut fonctionnaire, gouverneur et diplomate.

Zahia Benzengli : Colombe de Grenade et Azur d’Algérie

Bectant les restes d’une hirondelle au printemps, le pèlerin s’envole et prend l’allure d’un cygne. Ses pieds palmés battent la tour et quittent les ruisseaux, amour d’un vers et chemins croisés. À l’exil, eusse-t-elle été condamnée à errer, Zahia voltige depuis l’Alhambra, neige sur les bois et adoucit les mœurs d’un brouillard agaçant. Elle persiste au pied d’un mur qu’elle chouette d’une aile, éparse condition d’une oiselle à concerts acheminant le mordoré à l’herbe d’une œuvre. Quant aux moineaux de Grenade, qui firent des plaisirs de l’ambroisie un nectar à ouïr, ceux-là, trouvent en elle des vertus que les ombres du destin ont bien posées ici. Voilà une curieuse façon d’entamer l’odyssée d’une femme d’Algérie qui ravit de sa voix les cieux embaumés, Zahia Benzengli.

ARCHI-PASSION

Plus qu’un métier, l’architecture est avant tout une passion, une passion qui donne accès à un éventail d’arts. C’est en découvrant l’architecture durant mon cursus universitaire que j’ai appris réellement à me connaitre dans la mesure où j’ai découvert l’étendue de ma passion pour les arts.


TU N°4 Littérature & Patrimoine

Numéros

Une image, un portrait d’une autre société

Le cinéma est un médium artistique qui a gagné sa légitimité en tant qu’art pendant les années 40 et 50. Avec des théoriciens comme le français André Bazin, avec des articles comme Caméra-Stylo ou avec des artistes comme les réalisateurs de néo-réalisme italien pour le cinéma. Il est à rappeler qu’avant cette légitimation, le cinéma était considéré comme un moyen de divertissement. Chose qui explique pourquoi dans certaines bibliothèques, les livres sur le cinéma sont classés dans la même catégorie avec les livres sur les cirques.

Sauvons nos fontaines: La Casbah d’Alger s’en va à vau-l’eau

« Il y a deux villes dans Alger : la ville française qui occupe les bas quartiers et se prolonge aujourd’hui sans interruption jusqu’au faubourg de l’Agha ; la ville arabe, qui n’a pas dépassé la limite des murailles turques, et se presse comme autrefois autour de la Casbah, où les zouaves ont remplacé les janissaires. »
Extrait d’Eugène Fromentin, « Une année dans le Sahel », (1858)

La littérature entre vecteur de patrimonialisation et objet patrimonial

Littérature et patrimoine, ces deux vocables, à priori, appartenant à deux sphères distinctes, sont fortement unis par un lien « consubstantiel » ; le conte, genre littéraire immémorial, s’appuie fondamentalement sur des mythes et des légendes faisant partie du patrimoine culturel. Par ailleurs, les créations littéraires, de toutes époques, transmettent en filigrane tout un héritage aux générations futures.

Le parler algérien et la littérature

Le parcours bruyant du parler aveugle : Historiquement, les anthropo-linguistes et les philologues qui s’intéressent aux anciens langages humains pensent que c’est le Berbère qui couronnait l’espace langagier oral en Afrique du Nord pendant l’ère antique. Ces chercheurs ont du mal à localiser cette langue dans le temps, mais le comptage chronologique effectif remonte à l’apparition […]

LA LITTÉRATURE, UN ART MAJEUR !

Je reste dans l’incapacité de délacer mes souvenirs d’un certain passage télévisé de Serge Gainsbourg, plus précisément dans l’émission animée par Bernard Pivot : Apostrophes.
Le chanteur poète comme à son habitude provoqua une vive altercation avec un autre invité. L’origine du désaccord provenait du fait que Gainsbourg s’était désigné comme étant un artiste mineur et non pas majeur tel que ceux qui œuvraient pour les autres arts et notamment : la littérature !


Suivez-nous sur les réseaux sociaux: