Trait-d'Union

JE NE SAIS QUE T’AIMER

Je ne sais que t’aimer et pour ce crime ils disent que je suis devenue impure que j’ai oublié Dieu que j’écris ton corps et ton nom que le feu me guette quand moi je parle de lumière Je ne sais que te dire et dire et dire et la nuit dit avec moi les […]

Je ne sais que t’aimer

et pour ce crime

ils disent que je suis devenue impure

que j’ai oublié Dieu

que j’écris ton corps et ton nom

que le feu me guette

quand moi je parle de lumière

Je ne sais que te dire et dire et dire

et la nuit dit avec moi

les mots des amants

les mots des yeux

elle parle, la nuit,

la nuit africaine, la nuit de la femme,

la nuit bavarde de tous ses silences

Ils disent aussi que je brûle la poésie

que je tue la rime et la rythmique aux roulis de mon corps

que je suis l’impudique

la fille perdue

la lapidée

l’immorale

Pourtant je ne sais que te murmurer et murmurer et murmurer

et la mer murmure avec moi

le geste devenu caresse

le geste devenu musique

Que savent-ils de l’alphabet du monde ?

Le ciel, les nuages, la pluie, les étoiles, la mer

Je ne sais que t’aimer

alors ils essaient de tuer la parole

mes yeux et ma peau

le chant

Ils ont la morale pour horizon

Mais ne savent-ils pas que l’horizon est une femme ?

Je ne sais que t’aimer

arrondie en la matrice liquide

je compte mes doigts

je compte mes cheveux

un mot et un mot

Je dis Ta main

Ils crient que je mérite la mort des pierres

le fouet

que l’on doit couper mes lèvres

moi l’offensante

Je dis l’amour

ils disent la mort

Où sont leurs mères ?

Je ne sais que t’aimer

Interdit, permis,

permise, interdite,

Impur, pur,

pure impure

La mer dort-elle derrière des barreaux?

Je ne sais que t’aimer

Ne savent-ils donc pas que j’aime ?

Où sont leurs mères ?

Où sont leurs mères ?

Ne savent-ils donc pas que je t’aime ?

N’entendent-ils pas la rime perdue ?

Le monde renaît à chacun de mes Je t’aime

Pure impure je suis Je ne sais que t’aimer

Par Mariem mint DERWICH

Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres en France, Septembre 2017, Mariem mint DERWICH est née le 18 Août 1964 à Nouakchott de mère française et de père mauritanien.
Elle étudie l’histoire et se spécialise en Histoire de l’Afrique au Centre de Recherches Africaines à Paris, Paris I. Chroniqueuse pour l’hebdomadaire francophone mauritanien Le Calame de 1995 à 2017. Enseignante en histoire géographie, enseignante en communication à l’École Polytechnique de Nouakchott et journaliste pour la première radio libre de Mauritanie, la Web Radio Kassataya, Mariem mint DERWICH milite pour les droits des femmes.

Poétesse, elle publie :

« Mille et Un Je, poèmes et notules », Éditions 15/21, collection Lettres Mauritaniennes, Nouakchott, 2014.

Elle publie dans :

  •  » 120 nuances d’Afrique », Anthologie établie par Bruno Doucey, Nimrod et Christian Poslaniec, Éditions Bruno DOucey, 2017
  • « Anthologie des femmes poètes du monde arabe », anthologie établie par Maram al Masri, Éditions Le Temps des Cerises, 2019
  • « Entre ciel et sable », anthologie de poésie mauritanienne d’expression française. Lycée Français Théodore Monod, Nouakchott, 2018
  • Revue La Otra (Mexique), poésie traduite en espagnole. 2018. La Otra est une revue de poésie, d’Arts visuels et autres…
  • Un spectacle à Nouakchott autour de ma poésie mise en musique et en danse « Quand je serai grande », 2019

Auteur

80

Directeur de la publication de Trait-d’Union magazine. Membre fondateur, Ex-président et actuel SG du CLEF Club Littéraire de l’Étudiant Francophone de l’université de Chlef. Journaliste et chroniqueur à L’hebdomadaire LE CHÉLIF. Membre du jury étudiant du Prix Goncourt choix de l'Algérie 1ère édition. Enseignant vacataire au département de français UHBC.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux: