Trait-d'Union Magazine

Amerigo Vespucci l’hôte d’El-Djazair

Détrompez-vous ce n’est ni le car-ferry Tarek Ibn- Ziad ni le Corsica qui ont attirés les foules en cette soirée du mardi 20 juillet, celui qui déclencha les mille et une rafales des caméra et smartphones n’est autre que le chef d’œuvre de la marine militaire italienne. Le navire école le voilier Amerigo Vespucci, une pièce rarissime sortie directement des annales de la gloire des expéditions maritimes.

Du square au plus beau voilier du monde.

On est encore au square Port Saïd, la vue de ce navire accostant au quai 9 du port d’Alger est juste magnifique. Un navire dépositaire de toute la tradition marine italienne du nom du navigateur Florentin Amerigo Vespucci, celui qui a traversé le nouveau monde permettant au géographe allemand Martin waldseemuller de doter ces nouvelles contrées sans nom du patronyme d’Amerigo et qui est devenu par la suite l’Amérique.

 Quittant à présent le brouhaha de l’ex square Bresson et l’intense embouteillage causé par le tournage d’un nouveau film avec le grand comédien Réda Kateb et prenant le passage des voûtes pour atteindre le port et faire immersion dans un nouveau monde celui de ce splendide bateau « qui fait sa star » face à la ville d’Alger.  A notre arrivée, l’accueil rappelle la légendaire hospitalité des Algériens à travers la disponibilité affichée par les membres de la marine nationale à nous orienter et nous informer de ce grand événement traduisant cette forte amitié portée par les valeurs de la paix au sein de la Marenostrum, des plongeurs chevronnés n’ont pas manqué ce rendez-vous unique en son genre celui de monter à bord du premier navire école mis en mer en 1931.

Une des chances qui ne se renouvelle pas et il faut être l’ambassadeur d’Italie him self pour croiser le voilier deux fois dans sa vie. Mr Giovanni Pugliese qui dans l’allocution qui a suivi la cérémonie du pavillon (les couleurs) marqué par la singularité du protocole du sifflet propre à la marine militaire a tout d’abord rappelé l’image de la grandeur de l’Italie que véhicule ce voilier et son histoire appuyant ces propos d’une anecdote qui s’est déroulé dans la mer méditerranée à propos d’un échange par signaux lumineux entre un porte-avions Américain USS Independence et le voilier Vespucci. Cette routinière présentation à distance a été gratifiée d’une célèbre phrase prononcée par le porte-avions de l’US Navy louant la beauté de voilier Amerigo Vespucci : » tu le plus beau bateau du monde « , une citation honorant la marine italienne dite en juillet 1962 en plein mer Méditerranée.

Le must des must de la marine militaire

A bord du bateau, l’assistance est bouche bée voir impressionnée par les cuivres rutilants, les aussières lovées et les cordages en chanvre soigneusement rangées au pied des mâts, de leur côtés, les officiers veillent au grain et nous éclairent des détails concernant cet impressionnant trois-mâts. Parmi eux le lieutenant Stephano Manfredi, un chef ingénieur très marqué par l’accueil chaleureux et l’hospitalité des autorités Algériennes en signalant au passage la visite très instructive du musée national de l’armée et le monument aux martyrs.

Enchaînant la discussion sur les atouts majeurs de voilier légende qui a été construit en 1930 dans les chantiers navals de Castellammarre di Stabia près de Naples. Une année après il a été mise à l’eau le 22 février date commémorative du décès en 1512 du navigateur italien Amerigo Vespucci.

Un navire écumant mer et océan affichant un drapeau italien flottant au vent à travers des mille et un lieu permettant de méditer longuement sur la devise du trois-mâts : « NON CHI COMINCIA MA QUEL CHE PERSEVERA » ou  » pas celui qui commence mais qui persévère » une valeur sûre occupant une bonne place sur le pont principal du voilier, magistralement gravé illustrant le prolongement séculaire de l’esprit insulaire et nautique chez les italiens.    

Après avoir étancher notre soif en ce début de soirée de juillet chaude et humide, ce jeune ingénieur toscane, pure produit de la formation de la marine italienne a joint le geste à la parole en nous invitant à apprécier les 100 mètres de longueur et 54 mères de hauteurs jusqu’à à l’extérieur du grand mât. Les chiffres attestent de la grandeur de ce navire bateau notamment les deux milles mètres carrés de surface, les vingt-six voiles en toile et les sept mètres de la partie de navire qui se termine sous l’eau. L’esprit du voilier se conjugue à l’heure écologique puisque les voiles demeurent en jute et le cordes en fibres végétales.

Plusieurs amateurs et passionnés de la mer présents sur les lieux tout en scrutant le moindre détail de ce bijou de l’excellence italienne alliant ingénierie maritime et savoir-faire manuel ont tout poussés un grand « wawe  !! ». Un véritable enchantement, cette œuvre d’art dont la coque en noir et blanc auréolée de frises dorées nous replonge dans l’histoire des vaisseaux du XVIII siècle.

Le « Più bello del mondo »

 Ce bateau école naviguant depuis son port d’attache dans L’Arsenale della Spezia dans la région de la Liguria est selon son commandant Massimiliano Siracusa, un imposant vieux Gréement dédiée à la formation des officiers de la marine militaire. Plus de 85 compagne de formation ont été dispensé dont celle qui a servi au training des officiers de l’académie navale de Livourne.

Il a souligné également l’importance de la coopération avec la marine Algérienne et les meilleures perspectives pour le futur. Il est utile de rappeler que le président de la république Abdelmadjid Tebboune a été chaleureusement accueilli à Naples lors de sa dernière visite d’état en Italie, une salve de 21coup de canon a été tirée en son honneur du bord de Voilier école Amerigo Vespucci.  

Toujours à bord, cette belle escapade italienne sur les eaux Algérienne a éveillé pour les amoureux d’El-Mahroussa le passé glorieux de la marine Algérienne notamment la reprise du Penòn par Khierddine Barbarousse en 1529 et l’échec de l’expédition de Charles Quint en 1541, des échanges entre initiés ont évoquées à l’occasion la légende de Sidi Bouguedour.

Enfin, les hôtes d’Amerigo Vespucci ont été invités à visiter les autres compartiments du voilier notamment la salle de réunion et convier par la suite à signer a l’occasion le livre d’or, un autre lieu sublimissime sur la mer et pour clore le tout en beauté, le sens gustatif a été tout simplement titillé de bons gourmandise toute italienne dans un esprit de convivialité au gré d’une petite brise de la mer méditerranée.

Ce fleuron de la flotte italienne continue à jeter des passerelles pour accueillir chercheur et écologistes pour la promotion de la science et le développement durable sans oublier sa contribution dans la consolidation de l’éthique pacifique. L’Amerigo Vespucci agit également en tant que partisan une certaine diplomatie maritime, un fort potentiel de soft power au service de la paix et la démocratie. 

Il est vingt-deux heure, l’heure de quitter le navire et regagner le tonton ville pour le dernier cérémonial du thé sauf que la nuit et ses mystères nous miroitent la beauté de ce joyau architectural dont la classe se renouvelle de jour comme de nuit et ce à la faveur d’un éternel coup de vernis. Le jour se lève sur le port d’Alger le Vespucci prend le large, Bon vent !

Par Yazid Ait Mahiéddine

Auteur

Chroniques

Chroniques

Mathilde, personnage trans-classe dans le pays des autres de Leila Slimani

Si le transclasse désigne l’individu qui opère le passage d’une classe à une autre[1], la classe peut signifier dans un sens plus large un genre, une nationalité, un milieu ou une identité sociale. Le transclasse fait ainsi l’expérience d’un mouvement par lequel il passe d’un milieu de départ vers un milieu autre, sans qu’il ne […]

Le parler algérien et la littérature : L’oral, une littérature qui refuse de dire son nom.

Historiquement, les anthropo-linguistes et les philologues qui s’intéressent aux anciens langages humains pensent que c’est le Berbère qui couronnait l’espace langagier oral en Afrique du Nord pendant l’ère antique. Ces chercheurs ont du mal à localiser cette langue maternelle dans le temps. Toutefois, on suppose que le Berbère ait été accolé progressivement avec les langues anciennes parlées autour du bassin méditerranéen à travers les interpénétrations humaines du voisinage, des voyages, du commerce et des guerres.

Écrire hors des frontières de la pensée 

Onfwan Fouad et le Middle East and North Africa Surrealist Group Onfwan Fouad est une poétesse, traductrice, conteur et artiste visuelle, originaire de la région d’Aurès, dans l’est de l’Algérie. Elle a été avocate pendant sept ans et a enseigné à l’université pendant des années. Son premier recueil de poésie (Godot mange ses doigts) a […]

Mildred Mortimer sur les traces des « Djamilat »

Engagée dans la quête de la liberté, individuelle ou collective, avec les armes ou la plume, le combat pour la dignité a de tout temps resté constant chez la femme algérienne. A travers son livre « Femmes de lutte et d’écriture », Mildred Mortimer, professeure émérite de l’université du Colorado, tente d’entretenir cette flamme libératrice allumée par les « Djamilat »…

L’enfant de cœur

Elle s’était levée effarée, tremblante, inexistante, son cœur palpitait en son intérieur, son sang bouillonnait dans ses veines et ses yeux ne pouvaient se fixer sur un seul cadre. Elle aurait aimé crier, hurler, s’essouffler, mais rien ne sortait. Elle aurait aimé partir, voler, s’enfuir, elle était enchaînée. Enfermement transparent, enchaînement silencieux, tout l’attachait à […]

Algériennes, mes sœurs

Mon père disait : « C’est la femme qui tient la maison debout. » Quelle que soit la catastrophe, guerre, guérilla, séisme, incendie… Quel que soit le désastre. Il disait : « Une femme tient la maison debout jusqu’au Jour Dernier. » Elle, femme, mère, épouse. Je dirai : « Une femme met au monde, elle tient le monde debout. Elle est la […]

Femme, messagère universelle

Cette proposition est un melting-pot entre mots et photos pour exprimer les questionnements actuels de la femme d’aujourd’hui. D’un côté, je considère que l’identité est importante car elle nous permet de nous construire mais de l’autre, elle nous limite également dans nos libertés d’âmes infinies. Je crois que la vie est un chemin qui nous […]

Itinéraires : Mouna JEMAL SIALA

De l’enracinement local au rayonnement continental, l’itinéraire de Mouna Jemal Siala est un modèle du genre : née à Paris, son enfance a connu plusieurs régions et plusieurs cultures, dans le sillage de la profession de son père, haut fonctionnaire, gouverneur et diplomate.

Zahia Benzengli : Colombe de Grenade et Azur d’Algérie

Bectant les restes d’une hirondelle au printemps, le pèlerin s’envole et prend l’allure d’un cygne. Ses pieds palmés battent la tour et quittent les ruisseaux, amour d’un vers et chemins croisés. À l’exil, eusse-t-elle été condamnée à errer, Zahia voltige depuis l’Alhambra, neige sur les bois et adoucit les mœurs d’un brouillard agaçant. Elle persiste au pied d’un mur qu’elle chouette d’une aile, éparse condition d’une oiselle à concerts acheminant le mordoré à l’herbe d’une œuvre. Quant aux moineaux de Grenade, qui firent des plaisirs de l’ambroisie un nectar à ouïr, ceux-là, trouvent en elle des vertus que les ombres du destin ont bien posées ici. Voilà une curieuse façon d’entamer l’odyssée d’une femme d’Algérie qui ravit de sa voix les cieux embaumés, Zahia Benzengli.

ARCHI-PASSION

Plus qu’un métier, l’architecture est avant tout une passion, une passion qui donne accès à un éventail d’arts. C’est en découvrant l’architecture durant mon cursus universitaire que j’ai appris réellement à me connaitre dans la mesure où j’ai découvert l’étendue de ma passion pour les arts.

Femmes, je vous aime 

Spoliée de ses droits, la femme n’a d’autre alternative que de rester à la maison et se prépare dès l’enfance à se suffire du rang d’une épouse modèle et de se tenir sage derrière le tablier d’un délicieux cordon bleu. D’ailleurs, Il est écrit (sic) que sa place ne peut être qu’au cœur d’un foyer, doux foyer où elle se doit d’honorer son rôle de mère au foyer. L’unique rôle d’ailleurs et qui lui fait obligation d’être aux petits soins avec son mari et de le chérir… à sens unique. L’esprit « colonisé » de recommandations promulguées par de pseudos conseilleurs d’obédience médiévale mais qui ne sont pas les payeurs, la femme subit à son cœur et à son corps défendant, tant de frustrations. Et avec ça, c’est au tour de la jeune femme et mère usée de famille qui n’aura d’autre objectif que d’apprendre à sa progéniture féminine à se moulée dans le modèle de la soumission à son mari et à ses beaux-parents. Ce n’est qu’à cette condition que l’ordre régnera dans la famille.


Suivez-nous sur les réseaux sociaux: