Trait-d'Union Magazine

À l’origine de thamegueret, la moustache d’un berger évaltonné : Malek Ouary, « Le grain dans la meule »

Au commencement, une scène qui frôle le ridicule…

À Tighilt, Tebbiche, le berger des Ath Sammer fait l’objet de moqueries des villageois alors qu’il traverse la place du village, la moustache à moitié rasée. C’est Akli, le fils de Da Tibbouche qui a commis cet acte déshonorant pour le punir d’avoir été négligeant car pendant qu’il dormait, son troupeau s’est introduit dans le champ des Ath Qassy ravageant leur récolte. L’affaire est grave ! « Tragique plaisanterie qui porte en elle la semence d’un drame », se lamente un vieillard redoutant « une nouvelle dette de sang ». Car pour « laver la souillure de l’injure », la vengeance par le sang s’impose. « Seule maintenant une réparation publique pourra effacer la honte », vocifère Idhir Ath Sammer qui, trois jours après l’affront, commet « l’irremplaçable » en assassinant Akli Ath Qassy.  

Pour échapper à la vengeance, Idhir se réfugie dans le sud du pays. Mais il n’a pas la conscience tranquille : « J’ai tué et je ne vis plus… De mes mains, j’ai noué la corde et je ne puis la défaire (…) J’ai tué, je dois payer » soliloque-t-il. La culpabilité le ronge. Il revient à Tighilt et se rend à Da Tibouche : “je viens vous offrir votre proie”, annonce-t-il au patriarche qui l’accueille selon les règles de l’hospitalité tighiltoise.  

Faire d’un mort un vivant et d’un vivant un mort”.

C’est lors du repas organisé en l’honneur d’Idhir que l’incroyable proposition de Da Tibouche tombe comme un couperet : « Homme, notre ennemi mortel, hôte invraisemblable de cette maison, dis-moi, acceptes-tu ton intégration à notre famille te vidant de toute vie propre pour n’être animé que de la nôtre ? Tu oublies tout de toi, ton passé, tes ascendants, tes affections, tes amis, pour devenir radicalement nôtre. C’est un renoncement total à toi-même pour qu’avec nous tu vives de nous, de notre vie et d’elle seule. »

Renoncer à sa mère, à sa famille, à son clan. Renier son identité et vivre dans la peau de celui à qui il a ôté la vie, telle est la proposition de Da Tibouche à Idhir qui dispose de trois jours pour donner sa réponse. Si Idhir refuse la proposition de Da Tibouche, ce dernier aura recours à thamegueret, pratique ancestrale qui exige que « le seul prix valable d’une gorge est une autre gorge. » 

Déroger à la tradition dans la continuité…

Par sa proposition de sauvegarder l’honneur des Ath Qassy en évitant une effusion de sang, Da Tibouche ne joue-t-il pas le rôle d’un artisan du changement ? En proposant à Idhir de changer d’identité et de renoncer à son appartenance familiale et clanique, n’exprime-t-il là pas une volonté d’apporter de la nouveauté dans cet univers clos tout en maintenant la tradition ancestrale ? Et Idhir, adhérera-t-il à cette idée de vengeance symbolique ? Acceptera-t-il de se dépouiller de son identité et de renaître sous un autre nom pour devenir celui qu’il a assassiné ?

À Tighilt, une société cloisonnée, un code de l’honneur, des moeurs et des coutumes …

La moustache, symbole de virilité. L’honneur, un capital qui se conserve et se lègue vierge,

sans tâche ni souillure de génération en génération, à Tighilt, société à structure patriarcale de type collectif, organisée en “communautés” considérées comme des systèmes de places et de noms préassignés aux individus -qui – se reproduisent à l’identique à travers les générations (Claude Dubar, 2000).

Dans ce type de société régie par la solidarité par similitude, ou la solidarité mécanique, (E. Durkheim), les existences individuelles sont façonnées par le groupe d’appartenance qui assigne à chacun de ses membres, un statut, une place et un rôle bien déterminés dans l’organisation sociale. A Tighilt, monde clos qui fonctionne en autarcie et obéit à une tradition millénaire préconisant la loi du Talion selon laquelle tout meurtre commis doit être vengé par le sang et la mort, les femmes et les hommes partagent une communauté de valeurs et de croyances. Leur « esprit de discipline » voire leur « remise de soi » au groupe renforcent les liens de dépendance entre les membres du groupe et favorisent leur adhésion au système de valeurs prédominant : « Chaque génération est comme le maillon d’une longue chaîne. Les anneaux qui ont été forgés avant nous sont demeurés sains et sans défaut. Pas la moindre tâche de rouille », explique Da Tibouche à ses enfants lorsqu’il dévoile sa stratégie pour venger la mort de son fils.

La vengeance, une affaire familiale…

Dans ce type d’organisation sociale, thamegueret (la vengeance) est une pratique collective. Tous les membres de la famille sont mobilisés pour réparer le préjudice moral subi par le groupe. Si les valeurs collectives telles que la solidarité, l’entraide, le partage ont pour fonction de structurer le groupe et de souder ses membres, la communauté est cependant intransigeante avec les « maillons défaillants ». Car le non-respect des règles collectives définies et imposées par la communauté est conçu comme un manquement et vécu comme une offense et une menace à la cohésion du groupe.

A lire absolument !

 « LeGrain dans lameule » est l’un des premiers romans publiés durant la période coloniale (1956). Cette histoire qui prend l’allure d’une fable livre aux lecteurs.trices une description microscopique de l’organisation sociale, culturelle, et morale de la société kabyle pré-coloniale par le truchement d’une écriture poétique, finement ciselée qui regorge de proverbes, de poèmes, de contes nous renseignant sur le patrimoine culturel de Tighilt, village kabyle et du monde berbère, en général. Pour Maurice Monnoyer, c’est « un documentaire passionnant et une excellente initiation aux mœurs du monde berbère avant l’arrivée des Français ». Selon Charles Bonn, « Le Grain dans la meule » est le roman « de la tension tragique entre deux mondes ». Et « même si la colonisation n’en est pas l’objet central, c’est bien de la dislocation de la société colonisée qu’il s’agit. »

« Le Grain dans la meule » est un roman qui mérite d’être davantage connu. Au fil des pages, les surgissements et les rebondissements qui rythment la trame narrative linéaire, nous invitent à nous immerger dans une intrigue qui raconte les mœurs d’un monde et d’un temps révolus certes, mais qui nous permet de nous faire une idée des mœurs algériens kabyles où l’honneur est une valeur suprême que l’on hérite et qu’on conserve coûte que coûte, quitte à verser du sang et à donner la mort.

Auteur

avatar

Journaliste, chroniqueuse littéraire dans la presse écrite et la presse numérique. Elle a publié avec Hamsi Boubekeur Réminiscences, Éditions La Marsa, 2012, 100 p. Auteure de "Des Hommes et leurs Mondes", entretiens avec Smaïn Laacher, sociologue, Editions Dalimen, octobre 2014, 200 p.

Chroniques

Chroniques

Amerigo Vespucci l’hôte d’El-Djazair

Détrompez-vous ce n’est ni le car-ferry Tarek Ibn- Ziad ni le Corsica qui ont attirés les foules en cette soirée du mardi 20 juillet, celui qui déclencha les mille et une rafales des caméra et smartphones n’est autre que le chef d’œuvre de la marine militaire italienne. Le navire école le voilier Amerigo Vespucci, une pièce rarissime sortie directement des annales de la gloire des expéditions maritimes.

Mathilde, personnage trans-classe dans le pays des autres de Leila Slimani

Si le transclasse désigne l’individu qui opère le passage d’une classe à une autre[1], la classe peut signifier dans un sens plus large un genre, une nationalité, un milieu ou une identité sociale. Le transclasse fait ainsi l’expérience d’un mouvement par lequel il passe d’un milieu de départ vers un milieu autre, sans qu’il ne […]

Le parler algérien et la littérature : L’oral, une littérature qui refuse de dire son nom.

Historiquement, les anthropo-linguistes et les philologues qui s’intéressent aux anciens langages humains pensent que c’est le Berbère qui couronnait l’espace langagier oral en Afrique du Nord pendant l’ère antique. Ces chercheurs ont du mal à localiser cette langue maternelle dans le temps. Toutefois, on suppose que le Berbère ait été accolé progressivement avec les langues anciennes parlées autour du bassin méditerranéen à travers les interpénétrations humaines du voisinage, des voyages, du commerce et des guerres.

Écrire hors des frontières de la pensée 

Onfwan Fouad et le Middle East and North Africa Surrealist Group Onfwan Fouad est une poétesse, traductrice, conteur et artiste visuelle, originaire de la région d’Aurès, dans l’est de l’Algérie. Elle a été avocate pendant sept ans et a enseigné à l’université pendant des années. Son premier recueil de poésie (Godot mange ses doigts) a […]

Mildred Mortimer sur les traces des « Djamilat »

Engagée dans la quête de la liberté, individuelle ou collective, avec les armes ou la plume, le combat pour la dignité a de tout temps resté constant chez la femme algérienne. A travers son livre « Femmes de lutte et d’écriture », Mildred Mortimer, professeure émérite de l’université du Colorado, tente d’entretenir cette flamme libératrice allumée par les « Djamilat »…

L’enfant de cœur

Elle s’était levée effarée, tremblante, inexistante, son cœur palpitait en son intérieur, son sang bouillonnait dans ses veines et ses yeux ne pouvaient se fixer sur un seul cadre. Elle aurait aimé crier, hurler, s’essouffler, mais rien ne sortait. Elle aurait aimé partir, voler, s’enfuir, elle était enchaînée. Enfermement transparent, enchaînement silencieux, tout l’attachait à […]

Algériennes, mes sœurs

Mon père disait : « C’est la femme qui tient la maison debout. » Quelle que soit la catastrophe, guerre, guérilla, séisme, incendie… Quel que soit le désastre. Il disait : « Une femme tient la maison debout jusqu’au Jour Dernier. » Elle, femme, mère, épouse. Je dirai : « Une femme met au monde, elle tient le monde debout. Elle est la […]

Femme, messagère universelle

Cette proposition est un melting-pot entre mots et photos pour exprimer les questionnements actuels de la femme d’aujourd’hui. D’un côté, je considère que l’identité est importante car elle nous permet de nous construire mais de l’autre, elle nous limite également dans nos libertés d’âmes infinies. Je crois que la vie est un chemin qui nous […]

Itinéraires : Mouna JEMAL SIALA

De l’enracinement local au rayonnement continental, l’itinéraire de Mouna Jemal Siala est un modèle du genre : née à Paris, son enfance a connu plusieurs régions et plusieurs cultures, dans le sillage de la profession de son père, haut fonctionnaire, gouverneur et diplomate.

Zahia Benzengli : Colombe de Grenade et Azur d’Algérie

Bectant les restes d’une hirondelle au printemps, le pèlerin s’envole et prend l’allure d’un cygne. Ses pieds palmés battent la tour et quittent les ruisseaux, amour d’un vers et chemins croisés. À l’exil, eusse-t-elle été condamnée à errer, Zahia voltige depuis l’Alhambra, neige sur les bois et adoucit les mœurs d’un brouillard agaçant. Elle persiste au pied d’un mur qu’elle chouette d’une aile, éparse condition d’une oiselle à concerts acheminant le mordoré à l’herbe d’une œuvre. Quant aux moineaux de Grenade, qui firent des plaisirs de l’ambroisie un nectar à ouïr, ceux-là, trouvent en elle des vertus que les ombres du destin ont bien posées ici. Voilà une curieuse façon d’entamer l’odyssée d’une femme d’Algérie qui ravit de sa voix les cieux embaumés, Zahia Benzengli.

ARCHI-PASSION

Plus qu’un métier, l’architecture est avant tout une passion, une passion qui donne accès à un éventail d’arts. C’est en découvrant l’architecture durant mon cursus universitaire que j’ai appris réellement à me connaitre dans la mesure où j’ai découvert l’étendue de ma passion pour les arts.

Femmes, je vous aime 

Spoliée de ses droits, la femme n’a d’autre alternative que de rester à la maison et se prépare dès l’enfance à se suffire du rang d’une épouse modèle et de se tenir sage derrière le tablier d’un délicieux cordon bleu. D’ailleurs, Il est écrit (sic) que sa place ne peut être qu’au cœur d’un foyer, doux foyer où elle se doit d’honorer son rôle de mère au foyer. L’unique rôle d’ailleurs et qui lui fait obligation d’être aux petits soins avec son mari et de le chérir… à sens unique. L’esprit « colonisé » de recommandations promulguées par de pseudos conseilleurs d’obédience médiévale mais qui ne sont pas les payeurs, la femme subit à son cœur et à son corps défendant, tant de frustrations. Et avec ça, c’est au tour de la jeune femme et mère usée de famille qui n’aura d’autre objectif que d’apprendre à sa progéniture féminine à se moulée dans le modèle de la soumission à son mari et à ses beaux-parents. Ce n’est qu’à cette condition que l’ordre régnera dans la famille.


TU N°5 Là où je fais identité

Numéros

Mathilde, personnage trans-classe dans le pays des autres de Leila Slimani

Si le transclasse désigne l’individu qui opère le passage d’une classe à une autre[1], la classe peut signifier dans un sens plus large un genre, une nationalité, un milieu ou une identité sociale. Le transclasse fait ainsi l’expérience d’un mouvement par lequel il passe d’un milieu de départ vers un milieu autre, sans qu’il ne […]

Là où je fais identité

Lorsque nous pensons à l’identité, c’est l’image d’une chrysalide qui s’impose à nous. La métamorphose animale de l’insecte qui mue et se développe jusqu’à atteindre son état final nous invite en effet à repenser les contours de notre identité humaine. Nous…cet être doté d’une conscience qui se transforme et se construit en se définissant à travers ce qui est communément appelé ; l’identité.


Suivez-nous sur les réseaux sociaux: